Tu aimerais investir en bourse et tu ne sais pas par où commencer ?

Dans cet article je te donne toutes les bases sur les obligations.

Tu vas apprendre :

  • Qu’est ce que c’est qu’une obligation ?
  • Pourquoi acheter des obligations ?
  • Combien rapporte une obligation ?
  • Est ce que c’est risqué et comment gérer le risque ?
  • Comment acheter des obligations ?
  • Combien tu payes d’impôts sur tes obligations ?

A la fin de cet article, les obligations n’auront plus de secret pour toi.

C’est parti.

1 – Une obligation, c’est quoi ? (définition)

Une obligation, c’est ce qu’un État ou une société utilise pour emprunter de l’argent à des investisseurs.

L’idée c’est que l’État ou la société t’emprunte de l’argent et s’engage à te rembourser à une certaine date.

Souvent, l’emprunteur te verse entre-temps des intérêts, c’est-à-dire que tu reçois régulièrement de l’argent en échange de ton prêt.

On parle d’une obligation parce que l’État ou la société s’oblige (obligation) à te rembourser.

Quand tu achètes une obligation, tu prêtes donc de l’argent à un État ou à une société. Tu joues le rôle de la banque. Plutôt cool hein ?

Voyons maintenant comment ça fonctionne.

Une obligation, comment ça marche ?

Les États et les sociétés émettent des obligations pour financer le développement de leurs activités.

Les obligations ont une durée de vie plus ou moins longue. C’est-à-dire que la durée de l’emprunt peut aller de plusieurs mois à plusieurs années.

Quand une obligation arrive à maturité ou à échéance, autrement dit sa fin de vie, l’État ou la société te rembourse l’argent que tu lui as prêté.

Tu as des obligations qui vont de :

  • Quelques mois, à
  • Plusieurs années (généralement entre 5 et 30 ans), voire jusqu’à
  • Une durée illimitée.

On parle également de court terme, de moyen terme et de perpétuité.

Ensuite, l’emprunteur te paye généralement des intérêts pendant toute la durée de vie de l’obligation.

Les origines des obligations

Le coupon, c’est un mot ancien qu’on continue d’utiliser pour parler de l’argent que l’État ou la société te verse régulièrement.

Le coupon, ce sont les intérêts que tu reçois régulièrement de la part de l’emprunteur.

Avant que tu fasses des réels sur Tic Toc et Instagram, une obligation c’était un document en papier.

Tu étais identifié comme “le porteur”, c’est-à-dire celui qui a acheté l’obligation.

Les coupons étaient imprimés sur le document. Il fallait détacher chaque coupon et les envoyer à l’emprunteur pour être payé.

Voici une obligation de 1000 francs émise par la société Motte-Bossut Fils en 1928.

Les 40 coupons sont visibles en bas. Chaque coupon à un numéro et une date de paiement différente.

Cette obligation payait 6 % d’intérêts par an. Tu devais détacher et envoyer tes coupons à la société pour être payé.

Prenons un autre cas concret. Tu achètes une obligation de 1 000 € à la société A avec un taux d’intérêt de 10 % par an et une date de maturité dans 10 ans.

Chaque année la société A te paye un intérêt de 100 € (10 % de 1 000 €). Au total, tu reçois 1 000 € au cours de la vie de l’obligation (100 € par an pendant 10 ans).

Si tu gardes ton obligation jusqu’à la fin des 10 ans, l’obligation atteint sa date de maturité, elle arrive à échéance. La société te rembourse alors les 1 000 € que tu lui as prêté.

Quelles sont les différentes obligations ?

Les États et les sociétés peuvent émettent différentes obligations :

  • Les obligations à taux fixes : le coupon est le même tout au long de la durée de vie de l’obligation. Le coupon ne change pas et tu le connais dès le départ.
  • Les obligations à taux variables : le coupon varie selon un indicateur de référence. Le coupon change et tu ne sais pas à l’avance combien tu seras payé.
  • Les obligations à coupon zéro : l’émetteur ne te paye pas d’intérêt pendant la durée de vie de l’obligation. Il te verse tous les intérêts en une seule fois lors du remboursement à l’échéance.
  • Les obligations convertibles : tu peux échanger à tout moment ton obligation contre une ou plusieurs actions de la société émettrice.

2 – Pourquoi acheter des obligations ?

Tu peux acheter des obligations pour plusieurs raisons :

  • Aider un État ou une société à se développer avec ton argent ;
  • Toucher des revenus réguliers grâce aux intérêts ;
  • Protéger ton épargne contre la déflation (On va voir ça dans un instant) ;
  • Réduire la volatilité de ton portefeuille si tu as acheté des actions. (On voit ça également juste en dessous)

Commençons par te protéger contre la déflation.

Protéger ton épargne contre la déflation

La déflation, c’est la baisse durable du niveau général des prix. C’est-à-dire que tu peux acheter plus de choses qu’avant avec la même quantité d’argent.

Quand l’État ou la société te rembourse, l’argent que tu récupères te permet d’acheter plus de choses qu’au moment où tu as prêté ton argent.

Tu as un pouvoir d’achat plus important qu’au moment où tu as prêté ton argent parce que les prix ont baissé depuis.

Les obligations protègent donc ton épargne contre la déflation.

Réduire la volatilité de ton portefeuille

Ensuite, quand tu as acheté des actions de plusieurs sociétés tu as ce qu’on appelle un portefeuille d’actions.

Les obligations, comme les actions, s’achètent et se vendent sur les marchés financiers, c’est-à-dire en bourse.

Le cours d’une action (son prix) est qualifié de volatil. Ça veut dire que son prix change beaucoup en peu de temps.

Les obligations sont moins volatiles que les actions. Le prix des obligations change moins brusquement que celui des actions.

Si tu as acheté une ou des actions, acheter des obligations te permet de réduire la volatilité de ton portefeuille.

C’est-à-dire que la valeur de toutes tes actions et de tes obligations change moins brusquement que si tu avais uniquement des actions.

3 – Combien rapporte une obligation ?

Bon, tu sais désormais ce qu’est une obligation et pourquoi en acheter.

Tu souhaites acheter des obligations et tu te demandes combien ça va te rapporter ?

On parle alors du rendement de ton investissement.

Quel est le rendement des obligations ?

Les obligations te rapportent souvent moins d’argent que les actions sur de longues périodes de temps.

Les obligations d’État américaines à long terme ont rapporté en moyenne 4,8 % par an (en réinvestissant les intérêts) au cours du 20ème siècle selon les travaux de Elroy Dimson, Paul Marsh, Mike Staunton.

Au même moment, les actions des sociétés américaines ont rapporté en moyenne 10,1 % par an (en réinvestissant les dividendes).

Toutefois, sur une période de 28 ans, en France, les obligations ont rapporté un rendement égal à celui des actions selon une étude du Conseil d’Analyse économique (CAE).

Le rendement des obligations est donc souvent mais pas toujours inférieur à celui des actions. Tout dépend de la période et du pays qu’on étudie.

Ces résultats sont tirés de l’étude de performances passées et tu ne dois pas les considérer comme un indicateur des performances à venir.

Enfin, plus les obligations sont risquées, plus elles rapportent.

C’est ce qu’on va voir tout de suite.

4 – Est ce que c’est risqué et comment gérer le risque ?

Investir dans des obligations c’est risqué oui.

Le remboursement d’une obligation n’est jamais garanti.

Quand tu achètes des obligations, tu prends deux risques :

  • Le risque de perdre ton argent si l’État ou la société ne te rembourse pas ;
  • Le risque de perdre de l’argent si les taux d’intérêts montent. (On voit ça juste en dessous)

Le risque de ne pas être remboursé

Des agences de notation évaluent et notent la capacité des emprunteurs à te rembourser.

Les notes vont de A à D. Plus la note est élevée, plus le risque est faible.

La meilleure note est le triple A, ou AAA. Les agences attribuent cette note aux États et aux sociétés qu’elles estiment les plus capables de te rembourser.

Au passage, la France a perdu son triple A au cours des dernières années. Oups.

Plus les notes s’éloignent du A plus le risque est élevé. La note la plus basse est D. Un État ou une société notée D ne te remboursera pas.

Les États et les sociétés notées avec une faible capacité à rembourser compensent souvent en offrant des taux d’intérêts plus élevés. Un coupon stratosphérique.

Autrement dit, plus tu prends un risque important de ne pas être remboursé, plus la rémunération de ton obligation est élevée.

Le risque lié à la montée des taux d’intérêts

Une obligation à taux fixe te paye régulièrement la même somme d’argent (le coupon).

La valeur de l’obligation à taux fixe, c’est-à-dire son prix sur le marché, évolue toujours en sens inverse du niveau des taux d’intérêts.

Ce qu’on appelle les taux d’intérêts ce sont les taux directeurs de la banque centrale d’un pays.

La banque centrale peut relever ses taux d’intérêts pour encourager l’épargne ou abaisser ses taux d’intérêts pour encourager l’emprunt.

Quand les taux montent, les États ou les sociétés émettent de nouvelles obligations à taux fixe avec un coupon supérieur à celles des obligations déjà émises.

Les investisseurs vendent les obligations déjà émises pour acheter les nouvelles qui rapportent plus. Logique.

A l’inverse, quand les taux baissent, les États ou les sociétés émettent de nouvelles obligations avec un coupon inférieur à celles déjà émises.

Les investisseurs veulent alors acheter les obligations déjà émises qui rapportent plus que les nouvelles. Donc le prix des obligations déjà émises monte.

En résumé :

  • Si les taux montent, le prix des obligations déjà émises baisse.
  • Si les taux baissent, le prix des obligations déjà émises monte.

Tu peux ainsi perdre de l’argent si tu vends ton obligation à taux fixe avant son échéance et que les taux d’intérêt ont monté depuis ton achat.

La valeur de ton obligation a baissé et tu la revends moins chère que tu l’as achetée. Tu fais une moins-value.

Ces évolutions de taux sont sans conséquence si tu gardes ton obligation jusqu’à l’échéance. L’argent que tu as prêté te sera remboursé.

5 – Comment acheter des obligations ?

Une obligation s’achète et se vend en bourse.

La bourse, qu’on appelle aussi le marché financier, est le lieu où des vendeurs et des acheteurs s’échangent des obligations.

Tu peux acheter une obligation :

  • Sur le marché primaire, lorsque l’État ou la société émet l’obligation ;
  • Sur le marché secondaire, quand tu achètes l’obligation à un investisseur.

Tu as besoin d’un intermédiaire

Dans les deux cas, tu dois utiliser les services d’un courtier pour acheter des obligations en bourse. Le courtier est l’intermédiaire incontournable entre toi et les marchés financiers.

Tu demandes à ton courtier de t’acheter une obligation à un certain prix.

Ton courtier va chercher un vendeur prêt à te vendre l’obligation au prix demandé.

Quand ton courtier trouve un vendeur, il achète l’obligation.

Rien ne t’oblige à garder ton obligation jusqu’à l’échéance. Tu peux la revendre quand tu veux.

Enfin, tu peux également acheter des obligations par l’intermédiaire d’un fonds d’investissement.

Quel compte utiliser pour acheter des obligations ?

Tu as le choix entre deux comptes en France pour acheter des obligations :

  • Le compte titres, et
  • Le PEA, qui est un compte titres avec un avantage fiscal.

Une obligation, comme une action, est un titre financier. Et pour acheter des obligations il te faut donc un compte titres. C’est-à-dire un compte pour conserver tes titres.

Tu peux ouvrir un compte titres auprès d’une banque ou d’un courtier en ligne.

Si tu as déjà un compte titres, tu peux le transférer d’un établissement à un autre pour profiter des meilleurs tarifs.

Tu peux acheter des obligations et les conserver dans ton PEA. Il faut faire un peu de gymnastique et acheter des parts d’un fonds d’investissement.

6 – Et les impôts dans tout ça ?

L’administration fiscale prélève 30 % de tes gains avec un impôt qu’on appelle le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU).

Le Prélèvement Forfaitaire Unique regroupe deux impôts :

L’administration prélève cet impôt uniquement sur tes gains.

Si tu achètes une obligation 100 € et que tu la vends deux ans plus tard 120 €, l’administration prélève 30 % sur tes 20 € de gains.

De leurs côtés, les intérêts (coupons) sont imposés quand tu les perçois.

Lorsque tu remplis ta déclaration de revenus, tu déclares la somme totale des intérêts que tu as touché au cours de l’année précédente.

Dans certains cas, c’est ton courtier qui se charge de déclarer tes gains à l’administration fiscale.

Ton courtier transmet alors l’Imprimé Fiscal Unique (IFU) chaque année à l’administration.

Voilà, on a fait le tour ensemble des obligations. Tu as désormais les connaissances de base pour bien démarrer.

Et maintenant ?

J’espère que tu as pris autant de plaisir à me lire que j’en ai pris à t’écrire.

Tu peux bien entendu me poser tes questions en commentaire.

A bientôt,

Clément

(Source des images : gallica.bnf.fr / BnF)

Laisse un commentaire

Partage cet article

Reçois mes e-mails privés

On reste en contact ?
Tu veux recevoir les prochains articles ?
Entre ton email pour rejoindre ma liste d'abonnés 👇